La dépendance affective au cœur de la relation toxique


Par Laïla Bapoo

Peur de la séparation, peur d’être seul, peur de quitter ou d’être quitté(e), peur d’aller de l’avant, tels sont les principaux symptômes de la dépendance affective. Et certaines personnalités en sont plus sensibles que d’autres

Ce besoin irrépressible de l’autre dans la relation masque une dépendance affective. Et prêt à tout pour ne pas perdre l’être aimé, pour ne pas se sentir abandonné, le dépendant affectif est capable d’endurer les pires situations plutôt que de mettre un terme à une relation toxique. Selon Cristina Marques, ancienne dépendante affective et aujourd’hui thérapeute spécialisée, le dépendant affectif attire bien souvent un partenaire pervers narcissique. Et ces deux personnalités souffrent d’une blessure affective acquise durant l’enfance.

Tandis que le dépendant affectif s’accroche à l’autre pour ne pas être abandonné, le pervers narcissique évite de s’attacher pour se protéger de l’abandon. La relation est, de ce fait, co-dépendante. Loin d’excuser le comportement du pervers narcissique, la thérapeute a tenté de le comprendre pour apprendre à mieux se connaître. Derrière son comportement toxique, le pervers narcissique cache aussi un besoin d’être aimé et un manque affectif. Son assurance marquée masque un manque de confiance en lui évident. Le pervers narcissique manipule, rabaisse, humilie parce qu’il s’est construit ainsi inconsciemment.

Renouer avec soi

Pour lui, son comportement est normal et son attitude, automatique. Souvent, l’un de ses parents était lui-même pervers narcissique, le conditionnant à reproduire le même schéma dans sa relation. Idem pour le dépendant affectif, c’est le conditionnement parental qui a cristallisé ce manque en lui. Le vrai besoin du dépendant affectif est, avant tout, de prendre conscience de ce manque et d’intégrer le fait que ce n’est pas à son partenaire de le combler. Enfants, nous avons appris que le besoin d’amour d’autrui était important pour exister. Pour plaire à l’autre et être aimé, le dépendant affectif s’est, quant à lui, renié en s’oubliant. Il doit, par conséquent, apprendre à exprimer ses besoins sans accuser l’autre. Il doit se responsabiliser dans ce qu’il vit avec son partenaire pervers narcissique. C’est lui qui a cautionné ce comportement. Tant qu’il accusera l’autre, il se placera en tant que victime. Voir l’amour qui se cache derrière le comportement du pervers narcissique est un premier pas vers la guérison pour Cristina Marques. Resté figer dans la haine et la colère est stérile. Prendre conscience de cet amour, certes malsain, ne signifie en aucun cas accepter le comportement du pervers narcissique. Le dépendant affectif doit, au contraire, imposer son respect et ses limites. Il doit comprendre que c’est lui qui accepte la situation et que l’autre ne le blesse pas de façon intentionnelle. Soit il autorise l’autre à continuer, soit il exige le respect quitte à le perdre. L’autre pas vers la guérison consiste à renouer avec soi et à apprendre à s’aimer. Le pervers narcissique n’est qu’un miroir. Il reflète une partie de son partenaire. Ce que le dépendant affectif lui reproche, il le cautionne pourtant. Reconnaître les aspects que le pervers narcissique voit en lui comme des croyances intrinsèques acquises durant l’enfance, permettra au dépendant affectif de commencer un travail sur lui-même. Si l’autre est pervers envers lui, c’est qu’il est lui-même pervers à son propre égard. Il a attiré inconsciemment un partenaire qui nourrit ses croyances négatives vis-à-vis de lui-même. Plus le dépendant affectif reniera le manque d’amour envers lui-même, plus il sera en manque et plus il cherchera à le combler à l’extérieur. Or, les autres aiment de leur façon et non de la façon dont on aimerait qu’ils nous aiment. S’aimer, c’est être authentique dans la relation même si on déplait à l’autre au risque de le perdre. Parfois, l’amour pour soi est de rompre avec une relation toxique. Le vide affectif est en nous et personne d’autre que nous-même ne pourra le combler.

Clicanoo.re – Laïla Bapoo

Vous avez un Avis à donner ?

One comment on “La dépendance affective au cœur de la relation toxique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour information

Les articles qui sont présentés sur le site sont une sorte de bibliothèque de sujets que j’affectionne particulièrement et qui sont traités dans différents média et mis à votre disposition. Cela pourrait s’appeler « Revue de Presse », mais c’est plus que cela, vous trouverez également des contenus bruts (Vidéo, recherches scientifiques, émissions de radio, …).

Je ne suis pas l’auteur de ces articles, en revanche, les auteurs, les sources sont cités et les liens sont actifs quand il y en a pour que vous puissiez parfaire votre information et respecter les droits d’auteurs.

Vous pouvez utiliser le moteur de recherche qui se situe en dessous et utiliser des mots clés comme alcool, dépression, burn out, … en fonction de votre recherche. Ainsi vous trouverez différentes publications, « articles » qui ont attiré mon attention.

Très bonne lecture.