Maïa a lu l’enquête Femme actuelle Ifop paru ce lundi sur le plaisir féminin.


Et pour commencer, on va tous avaler une grosse aspirine parce qu’avec le plaisir féminin, on n’est jamais très, très loin de la migraine. Vous allez tout de suite comprendre quel est le problème quand je vous donnerai quelques chiffres, par exemple. Neuf femmes sur dix ont déjà obtenu un orgasme avec leur partenaire sexuel, mais 70 pour cent ont déjà simulé, c’est à dire que ça se passe plutôt bien dans leur couple, mais elles mentent quand même. 

Deuxième chiffre paradoxal. La majorité des femmes sont capables d’avoir des rapports sans être amoureuses, donc a priori pour leur plaisir égoïste. Mais si elles devaient choisir entre leur jouissance et celle du partenaire, elle choisirait le partenaire, donc un choix altruiste. Et ce qui est encore plus remarquable c’est que :

Quand on demande aux femmes comment elles obtiennent l’orgasme à tous les coups, c’est la masturbation qui est leur pratique préférée, ce qui ne les empêche pas de choisir la pénétration comme plat de résistance pendant les rapports.

Allez, encore un petit dernier paradoxe pour la route. Un tiers des femmes estime ne pas pouvoir s’exprimer sexuellement avec autant de liberté que les hommes. Et pourtant, elles jugent plus durement la liberté sexuelle des hommes que celle des femmes. On a 45% qui estime qu’un homme qui a trop de partenaires sexuels ne se respecte pas.

Vous avez dit contradictoire ?

De là à reproduire le stéréotype comme quoi les femmes sont folles, il n’y a qu’un pas qu’on ne franchira pas. La sexualité est complexe pour les hommes aussi, évidemment. Ensuite, on s’ennuierait si tout était limpide. Et puis, on est prises en tant que femmes dans des doubles injonctions, il faut désirer, mais pas trop. Être libre, mais dans le cadre domestique. Être aventureuses, mais sans avoir trop d’expérience non plus.

La parole ne se libère pas de manière uniforme. C’est trop facile de dire que toute la parole se libère. 

Les femmes ont plus de facilité à dire ce qu’elles n’aiment pas plutôt que ce qu’elles aiment au lit. Sans doute parce que poser des limites, ça permet de se sentir forte. Alors que dire ce qu’on aime, ça rend plutôt vulnérable.

Et du coup, toutes les confidences ne sont pas égales. Et je sais bien qu’il y a certains nostalgiques qui pensent que l’opacité et le secret sont morts et que c’était mieux avant quand on se disait rien. Mais en fait, il y a encore de l’indicible et logiquement, il y a encore des permissions qu’on n’arrive pas à prendre.

Sondages, objets de méfiance ?

Il y a beaucoup de Français qui estiment qu’en sexualité, on ne peut pas savoir, ou pire encore, qu’il n’y a rien à savoir. Sur le deuxième point, évidemment qu’il y a des choses à savoir. Ce n’est pas comme si l’ignorance rendait des services à quiconque dans n’importe quel domaine. Ensuite, est-ce qu’on peut savoir ce que les gens font quand la porte est fermée ? C’est une bonne question, mais elle est un tout petit peu démodée parce que les sondages aujourd’hui savent comment aborder les sujets sexuels.

Il y a un tout petit exemple, à l’époque, quand on demandait aux femmes si elles se masturbaient, elles avaient tendance à dire non et ensuite on posait une question un petit peu plus tard en leur demandant quand vous vous masturbez, est-ce que vous vous mettez plutôt dans une position, dans une autre et dans ce cas là, ça faisait tripler le chiffre.

Du coup, on a un profil assez solide de nos habitudes. Et ils savent, les sondeurs nous faire dire les choses, sachant que dire et faire, ça appartient à la même dynamique. Par exemple, on lit que le nombre de masturbatrices a doublé en 30 ans. Est-ce que c’est la parole ou les gestes qui sont libérés ? Ben les deux. 

Libérer la parole, ça libère les gestes. Et vice versa.

Et c’est pour ça que les sondages sont hyper importants. Et quand on accuse les médias de tout banaliser, c’est injuste parce que la sexualité, elle est déjà banale. Elle fait déjà partie du quotidien.

FranceInter

 

Vous avez un Avis à donner ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour information

Les articles qui sont présentés sur le site sont une sorte de bibliothèque de sujets que j’affectionne particulièrement et qui sont traités dans différents média et mis à votre disposition. Cela pourrait s’appeler “Revue de Presse”, mais c’est plus que cela, vous trouverez également des contenus bruts (Vidéo, recherches scientifiques, émissions de radio, …).

Je ne suis pas l’auteur de ces articles, en revanche, les auteurs, les sources sont cités et les liens sont actifs quand il y en a pour que vous puissiez parfaire votre information et respecter les droits d’auteurs.

Vous pouvez utiliser le moteur de recherche qui se situe en dessous et utiliser des mots clés comme alcool, dépression, burn out, … en fonction de votre recherche. Ainsi vous trouverez différentes publications, “articles” qui ont attiré mon attention.

Très bonne lecture.