Sexe : ce que les préliminaires révèlent


Par Cécile Guéret

Une injonction féminine, les préliminaires ? Pas si simple. Moments complices de sensualité, ils cachent des secrets insoupçonnés et peuvent concentrer à eux seuls les enjeux du couple. Avec leurs malentendus et leurs attente…

Les yeux pétillent. Les joues s’empourprent… Nathalie, 31 ans, évoque ces moments intimes avec gourmandise : « Me cambrer sous ses caresses, entendre son souffle qui accélère, trouver sa peau sous les étoffes, sentir ses mains qui me cherchent, me serrent, me pétrissent. L’explorer avec ma bouche, humer son odeur devenir plus forte et fondre sous sa langue. Lui dire des mots crus et le voir s’emporter… » Les images défilent, plus sensuelles les unes que les autres. Sujet chaud, pour celui qui raconte comme pour celui qui écoute.

Les préliminaires, une préparation à l’amour

 

Préparation sensorielle à l’amour, les préliminaires attisent l’imagination et les désirs de certains, et soulèvent, pour d’autres, de grandes inquiétudes. Moment de la rencontre des corps et de l’expression du désir, « ils concentrent les enjeux relationnels du couple. Grandioses quand le désir circule librement. Réfrigérants lorsque les difficultés, les frustrations et les récriminations s’en mêlent », observe Brigitte Martel, gestalt-thérapeute. Si bien que, dans les cabinets de psys, les préliminaires font souvent l’objet des premières plaintes. « Elle n’a jamais envie », « Il n’est pas assez tendre »… Un regret que l’on imagine plus féminin. À raison : l’enquête menée par le psychiatre et anthropologue Philippe Brenot sur la sexualité montre qu’ils constituent, pour les femmes, le moment préféré de l’amour. Mais 67 % des hommes de plus de 50 ans et 48% des trentenaires admettent s’y adonner d’abord pour leur compagne. Peut-être par méconnaissance de leurs bienfaits.

Axel, 36 ans, en couple depuis deux ans, y voit « l’éveil des sens, l’abandon des défenses et l’ouverture à une réceptivité qui n’est pas celle de la vie de tous les jours ». Sas parfois indispensable pour couper du quotidien et faire monter le désir, ils ne sont pour autant pas toujours nécessaires. « Lorsque l’envie est là, elle est impérieuse », confie Maxence, 43 ans, marié depuis treize ans. C’est aussi, pour Martine, 46 ans, divorcée, « le moment pendant lequel nous nous mettons en harmonie » ; qui donne, complète Axel, « la tonalité de la relation sexuelle : joueuse, bestiale, tendre… ».

Les préliminaires sont en effet l’expression de notre désir d’union. Ils nous échauffent, ouvrent les zones érogènes et mettent les corps en résonance. « Selon la tradition chinoise taoïste, le désir de la femme s’ouvre au coeur, tandis que celui de l’homme prend sa source au niveau de son sexe, explique Danièle Flaumenbaum, gynécologue, acupunctrice et auteure de Femme désirée, Femme désirante (Payot, “Petite Bibliothèque”, 2011). Les caresses, les paroles et les baisers font donc descendre les énergies féminines, dont l’excitation est plus intellectuelle, sentimentale, et monter celles de l’homme, lui permettant de s’ouvrir au désir. » En unifiant ainsi les corps, les préliminaires autorisent un plaisir global, moins centré sur les zones génitales.

Les préliminaires, un condensé de notre histoire

« Ils me permettent de fuir une sexualité plus fougueuse, dont je crains qu’elle ne soit acceptée par mes partenaires, avoue Victor, 49 ans, et me plongent en même temps dans une grande vulnérabilité. » Un moment parfois inquiétant pour les hommes, inconsciemment travaillés par l’angoisse de castration. « Selon la théorie freudienne, lorsque le petit garçon prend conscience de la différence des sexes, il est saisi de peur : si les filles n’ont pas de pénis, il imagine qu’il peut perdre le sien », rappelle le sexothérapeute et psychanalyste Alain Héril.

Avec, en plus, un conditionnement culturel à prouver leur virilité par leur capacité à pénétrer. Mais lorsque cette contrainte de performance est lâchée, « profiter des préliminaires, c’est aussi profiter de ce que nous n’avons pas et honorer la différence des sexes », affirme Danièle Flaumenbaum. Les prémices nous laissent le temps de nous regarder, de nous sentir, de nous goûter et, chemin faisant, de glorifier le corps de l’autre en lui montrant combien il est désirable. Ils nourrissent alors la confiance en soi et en sa capacité à répondre au désir de l’autre.

Des caresses enveloppantes, une perte de repères, « chacun retrouve, de manière inconsciente, sa peau de bébé, celle du corps éveillé au plaisir sur toute sa surface. Et, bien sûr, les sensations connues lorsqu’il était nourrisson dans les bras de sa mère », souligne Danièle Flaumenbaum. Parce que les préliminaires remettent en jeu la communication sensitive d’avant le langage, lorsque nous ne nous savions pas séparés de ceux qui s’occupaient de nous… Mais aussi parce que nous y revivons l’essentiel de notre développement, « un condensé de notre histoire, annonce Alain Héril. La façon dont nous acceptons d’être regardés, caressés raconte qui nous sommes, comment nous avons été accueillis par nos parents ».

Par la bouche, notamment, nous avons connu nos premières satisfactions. « Avec les baisers mouillés, nous retrouvons les sensations du foetus avalant le liquide amniotique, puis du bébé tétant sa mère, connaissant ainsi, pour le garçon, ses premières érections, et pour la fille, ses premières contractions de l’utérus », décrypte Danièle Flaumenbaum. Plaisir du liquide chaud venant nous nourrir, de succion autant que de satiété, plaisir sexuel…

Les préliminaires, un espace de régression

« Les préliminaires constituent un formidable espace de régression. Pourquoi s’en priver ? C’est le bac à sable ! » s’amuse Alain Héril. Nous jouons à explorer le corps de l’autre, à être soumis ou dominateur, actif ou passif. Ils sont d’autant plus transgressifs que nous nous autorisons ce qui fut longtemps considéré comme des pratiques dégradantes – fellation, cunnilingus. À condition de se laisser aller à des pensées que nous jugeons parfois honteuses, incompréhensibles ou qui nous effrayent. Car « ici plus qu’ailleurs dans la sexualité, nous faisons remonter les parties sombres et inavouées de nous-mêmes, reprend le sexothérapeute et psychanalyste. Les fantasmes, donc l’inconscient, s’y expriment de façon ludique, déchargeant ses pulsions. En cela, ils ont, à l’instar du rêve, une fonction compensatrice pour l’équilibre psychique ».

Quand commencent et finissent les préliminaires ?

Tout cela annoncerait l’extase, si nous arrivions à nous mettre d’accord sur ce que sont les préliminaires. Car, pour les amants comme pour les psys, le mot même entraîne des malentendus. Quand commencent-ils ? Au lit ou bien avant ? Pour Maxence, c’est « un regard coquin, une caresse appuyée, qu’il y ait, ou pas, passage à l’acte ensuite ». Pour Nathalie, c’est bien plus que cela : « Les rires partagés, les petites attentions… Tout ce qui permet la confiance, la complicité. »

Car attention, prévient Alain Héril, « nous ne pouvons nous contenter de gestes techniques pour stimuler l’envie. Les préliminaires, c’est la circulation du désir, dès que les amants se le disent et se le montrent », poursuit-il, incluant donc la phase de séduction : porter de la lingerie sexy, érotiser un dîner au restaurant, s’envoyer des « sextos » de plus en plus chauds. Quand finissent-ils ? Là encore, les avis divergent. Selon Danièle Flaumenbaum, c’est le prélude à la pénétration. Si la femme a appris, petite, que son sexe se prolongeait à l’intérieur de son corps et qu’il était fait pour recevoir celui de l’homme, « être pénétrée est le signe d’une sexualité adulte assumée. Sinon, elle reste ignorante de sa capacité d’accueil, comme une poupée qui n’a pas de vagin », ajoute-t-elle.

 

« Bien sûr, la pénétration est importante, modère Alain Héril, mais elle n’est plus une fin en soi. Nous sommes revenus de la vision freudienne de la sexualité, selon laquelle seul vaut l’orgasme vaginal, qui n’a d’ailleurs de vaginal que la localisation de la sensation. Car ce sont les bulbes vestibulaires du clitoris, descendant le long de la paroi du vagin et gorgés de sang, qui font toute la sensation orgasmique. » D’après Brigitte Martel, « réduire les préliminaires à une étape avant le coït met les amants dans l’attente, dans la pression de la suite, avec l’incapacité de vivre pleinement le moment présent ». Pour Victor, la définition est large : « Il m’arrive de faire un cunnilingus avant comme après le coït. Je n’ai pas de plan d’action, sauf que je suis plus détendu après le premier orgasme de ma partenaire. Débarrassé de la pression de la faire jouir, je suis plus présent à mes sensations et aux siennes. C’est peut-être là, pour moi, la fin des préliminaires… »

Les préliminaires, un langage en soi

Tout le jeu consiste alors à en profiter comme d’un espace d’échange émotionnel. Grand moment de communication lorsqu’ils sont investis à leur juste valeur, ces prémices peuvent aussi cristalliser les conflits du couple. Car ce que nous faisons ou pas, à cet instant-là, dit beaucoup de nos difficultés. Comment entrons-nous en relation avec l’autre ? Qu’aurions-nous envie qu’il nous dise pour que nous nous sentions considéré ? Lui disons-nous ces besoins ? Sommes-nous à l’écoute des siens ? « C’est aussi le moment de toutes les ouvertures », analyse Brigitte Martel, qui conseille à ses patients en difficulté de prêter attention à ce qui s’y joue. Une responsabilisation difficile… mais indispensable pour en prendre tout le bénéfice. Moment d’apprivoisement, d’harmonisation des désirs, c’est celui de l’élan vers l’autre, de l’intimité, mais aussi de l’écoute de soi. Pour tout cela, les préliminaires nourrissent le lien amoureux… bien au-delà de la chambre à coucher.

Les 8 temps de l’acte amoureux

 

Le sexologue Charles Gellman (ancien président de la Société française de sexologie clinique, coauteur des Thérapies sexuelles (ESF, 1983)) a élaboré le « cycle de la réponse sexuelle », qui décrit les huit étapes de l’acte amoureux.

Les étapes
L’intérêt pour la sexualité ; le désir pour quelqu’un ; l’excitation physique ; le plateau (phase de forte excitation) ; l’orgasme ; la résolution (phase de détente), parfois concomitante à la période réfractaire (où les stimulations peuvent être désagréables) ; l’élaboration psychique (intégration de l’expérience)

Le principe
Les préliminaires concernent les quatre premières étapes. Pour les améliorer, Brigitte Martel, gestalt-thérapeute, propose de les « revisiter au ralenti afin que chacun puisse repérer et nommer plus précisément ses difficultés ».

Les questions à se poser
Est-ce que j’interromps le cycle ? Est-ce que je continue alors que je n’en ai pas envie ? Quelles croyances me poussent à le poursuivre (« Ne pas être une allumeuse », etc.) ? Suis-je en écho avec le cycle de mon partenaire ? « La bonne santé sexuelle, c’est la capacité à parcourir les étapes selon ses désirs, ou à les interrompre sans culpabiliser », conclut Brigitte Martel.

 

Psychologies

Vous avez un Avis à donner ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour information

Les articles qui sont présentés sur le site sont une sorte de bibliothèque de sujets que j’affectionne particulièrement et qui sont traités dans différents média et mis à votre disposition. Cela pourrait s’appeler « Revue de Presse », mais c’est plus que cela, vous trouverez également des contenus bruts (Vidéo, recherches scientifiques, émissions de radio, …).

Je ne suis pas l’auteur de ces articles, en revanche, les auteurs, les sources sont cités et les liens sont actifs quand il y en a pour que vous puissiez parfaire votre information et respecter les droits d’auteurs.

Vous pouvez utiliser le moteur de recherche qui se situe en dessous et utiliser des mots clés comme alcool, dépression, burn out, … en fonction de votre recherche. Ainsi vous trouverez différentes publications, « articles » qui ont attiré mon attention.

Très bonne lecture.