Infidélité : pourquoi la trahison fait si mal


– Tous ceux qui ont découvert l’infidélité de leur conjoint parlent de cette mort à petit feu à laquelle ils ont été confrontés. Avant, pour certains, d’arriver à guérir et à sauver leur couple. Depuis des années, la psychothérapeute Esther Perel aide des centaines de couples confrontés à l’adultère. Voici un extrait de son livre Je t’aime, je te trompe – Repenser l’infidélité pour réinventer son couple (Robert Laffont).

– Toute ma vie me semblait avoir été effacée. Comme ça, d’un claquement de doigts. J’étais si anéantie que j’ai appelé mon employeur pour lui dire que j’étais malade et j’ai pris le restant de la semaine. Je tenais à peine debout. Je ne pensais même plus à manger, ce qui chez moi est vraiment inquiétant.

Gillian ajoute qu’à plus de cinquante ans, elle n’a jamais éprouvé une telle souffrance.

– Comment cela peut-il faire si mal alors que personne n’est mort ?

La découverte d’une liaison est douloureuse. Pour qui veut vider une relation de sa substance et la détruire au plus profond, l’infidélité est une solution imparable. Elle incarne la trahison sous toutes ses formes : la duperie, l’abandon, le rejet, l’humiliation, autant de choses contre lesquelles l’amour promettait de nous protéger. Lorsque la personne sur qui vous comptiez devient celle qui vous a menti en vous regardant droit dans les yeux et qui vous a traité comme si vous n’étiez même pas digne d’un minimum de respect, le monde dans lequel vous pensiez vivre s’en trouve complètement chamboulé. L’histoire de votre vie vole en éclats, au point qu’il vous est impossible de recoller les morceaux.

Vous exigez de savoir :

– Redis-moi depuis combien de temps ça dure, déjà ? Huit ans.

Dans le cas de Gillian, ce chiffre fait l’effet d’une bombe.

– C’est-à-dire un tiers de notre mariage ! s’exclame t‑elle lors d’une séance, l’air abattu. Costa et elle sont ensemble depuis vingt-cinq ans et ont deux grands fils. (…) Gillian vient juste d’avoir confirmation de la liaison que son mari, Costa, entretient depuis longtemps avec Amanda, sa directrice marketing.

– J’avais des soupçons, reconnaît-elle. Je l’ai questionné plus d’une fois, mais il a toujours tout nié en bloc et de façon convaincante. Je l’ai cru. Jusqu’au jour où elle est tombée sur des mails, des textos, un compte Skype, des selfies et des reçus de cartes bancaires vieux pour certains de plusieurs années.

– Je me suis sentie humiliée et vraiment très, très stupide. J’ai été si crédule, si naïve, qu’il s’est dit à un moment donné que j’étais sans doute au courant parce que, quand même, comment pouvait-on être si bouché ? Aujourd’hui j’alterne entre la stupéfaction, la fureur et la jalousie. Quand ma colère s’estompe, je n’éprouve plus que de la souffrance et je reste incrédule jusqu’à ce que l’horreur de la réalité me frappe à nouveau de plein fouet. Je n’ai aucune boussole pour me guider.

L’adultère a toujours fait mal, mais il semble produire plus de bouleversements que jamais. Le tourbillon d’émotions provoqué par la découverte d’une infidélité est même si puissant que beaucoup de psychologues contemporains puisent dans le champ du traumatisme pour en expliquer les symptômes : un ressassement excessif, une hypervigilance, une hébétude et une dissociation, les crises de colère sans raison apparente et les accès de panique incontrôlables.

Le traitement de l’infidélité est devenu une spécialité parmi les professionnels de la santé mentale – moi y compris –, en partie parce que cette expérience se révèle un tel cataclysme que de nombreux couples ne peuvent gérer seuls ses conséquences émotionnelles et qu’ils éprouvent le besoin de l’intervention d’un tiers pour surmonter cette épreuve.

Au tout début, les sentiments ne se succèdent pas de façon ordonnée, selon un schéma rigoureux obéissant aux règles de bienséance. Un grand nombre de mes patients décrivent au contraire un enchaînement rapide d’émotions contradictoires. « Je t’aime ! Je te déteste ! Serre-moi dans tes bras ! Ne me touche pas ! Prends ton bordel et fous le camp ! Ne me quitte pas ! Espèce d’ordure ! Tu m’aimes toujours ? Va te faire foutre ! Fais-moi l’amour ! »

Un tel chaos émotionnel est tout à fait normal et susceptible de durer un certain temps. (…)

Traiter l’urgence

La divulgation est un moment charnière dans l’histoire d’un adultère et d’une relation. Le choc galvanise le cerveau reptilien et déclenche une réaction primaire : la lutte, la fuite ou la paralysie. Certains restent simplement là, pétrifiés ; d’autres n’ont qu’une hâte : débarrasser le plancher, avec l’espoir d’échapper à cette tourmente et d’avoir de nouveau l’impression de contrôler leur vie. Lorsque le système limbique se met en branle, la survie à court terme prend le pas sur les décisions mûrement réfléchies. Si difficile que cela soit, dans de telles circonstances, je recommande aux gens de ne pas laisser les sentiments que leur inspire l’infidélité de leur partenaire influencer leurs décisions. Trop souvent, leurs réactions impulsives, même si elles se veulent protectrices, peuvent détruire en un instant des années et des années de vie commune riches d’aspects positifs. (…)

Le drame de l’infidélité suscite une foule d’émotions – l’empathie, l’envie, la curiosité et la compassion, mais aussi la critique, la colère et le dégoût. Il est naturel d’être touché par le sort des autres, mais se mettre à leur place dans ce genre de situation ne sert à rien.

Les 3 phases de la guérison

Je divise en trois phases le processus de guérison : la crise elle-même, la recherche du sens à lui donner et la projection dans l’avenir.

Gillian et Costa sont dans la première phase, et ce qu’ils ne font pas à ce stade est tout aussi important que ce qu’ils font. C’est une période délicate, qui requiert un réceptacle sûr et neutre pour les émotions qui se déchaînent en eux et dans leur couple. Ils ont besoin de calme, de clarté et d’ordre, mais aussi de réconfort et d’espoir.

Plus tard, lorsqu’ils tenteront de donner un sens à ce qui leur est arrivé, il sera temps de démêler les pourquoi de la liaison et le rôle que chacun y aura joué.

Enfin, lors de la phase de projection, nous nous interrogerons sur ce qui les attend, séparément ou ensemble.

Pour l’heure, cependant, nous sommes aux urgences et nous procédons à un tri. De quoi faut-il s’occuper en priorité ? Quelqu’un encourt-il un risque quelconque ? La réputation, la santé mentale, la sécurité, les enfants, les moyens de subsistance, etc. – toutes ces questions doivent être prises en considération. (…)

Psychologies

À lire aussi

L’infidélité… et après ?

Vous avez un Avis à donner ?

One comment on “Infidélité : pourquoi la trahison fait si mal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour information

Les articles qui sont présentés sur le site sont une sorte de bibliothèque de sujets que j’affectionne particulièrement et qui sont traités dans différents média et mis à votre disposition. Cela pourrait s’appeler « Revue de Presse », mais c’est plus que cela, vous trouverez également des contenus bruts (Vidéo, recherches scientifiques, émissions de radio, …).

Je ne suis pas l’auteur de ces articles, en revanche, les auteurs, les sources sont cités et les liens sont actifs quand il y en a pour que vous puissiez parfaire votre information et respecter les droits d’auteurs.

Vous pouvez utiliser le moteur de recherche qui se situe en dessous et utiliser des mots clés comme alcool, dépression, burn out, … en fonction de votre recherche. Ainsi vous trouverez différentes publications, « articles » qui ont attiré mon attention.

Très bonne lecture.